Archives de Tag: généalogie génétique

Petit guide pour la recherche de ses origines (2e partie): Registres et tests d’ADN

J’ai publié il y a quelques semaines sur mon Facebook personnel l’histoire de deux demi-frères issus du même « donneur » de sperme qui se sont trouvés. On m’a alors demandé comment c’était possible si le « donneur » était anonyme. Voyez-vous, dans le monde où l’on vit, l’anonymat est quelque chose de plus en plus inaccessible. On donne volontiers nos informations personnelles à des compagnies en qui ont « fait confiance », c’est même presque obligatoire pour fonctionner « normalement » en société. Même si on n’est pas adeptes des réseaux sociaux, même si on est un parano conspirationniste fini, on est fiché quelque part. C’est pratiquement impossible de vivre complètement « off the grid » en 2015. De plus, on a tous, à l’intérieur de nous, une « pièce d’identité » qui ne ment pas: l’ADN. Combinez la puissance des réseaux sociaux avec la possibilité de décoder l’ADN et vous avez un outil de choix pour sortir n’importe qui de l’anonymat. Avec un minimum d’efforts et quelques dollars, la question n’est plus « si » on peut trouver son géniteur, mais bien « quand » on va le trouver.

Je conseille donc à quiconque souhaite effectuer des recherches pour retracer son géniteur « donneur » de gamètes de lire la première partie de ce petit guide non exhaustif. Nous voici donc à la 2e partie du guide. Si vous avez été déçus par votre récolte d’information au début, sachez qu’un monde de possibilités s’ouvre à vous à présent! C’est le bout excitant, bien qu’il soit possible que de plus longues recherches soient nécessaires pour vraiment avoir une réponse satisfaisante à vos questions.

Registre ou test d’ADN?

Comme je le mentionnais à la fin de la première partie de ce petit guide, il existe des registres de personnes issues de dons de gamètes et de « donneurs » qui souhaitent entrer en contact avec leur progéniture. Il existe aussi des registres d’ADN pour les personnes qui sont intéressées à étudier leur généalogie en profondeur. Ces bases de données sont aussi utilisées par des personnes adoptées et d’autres « orphelins génétiques » comme nous. Selon moi, ces deux moyens ont leur place dans une recherche complète, mais ne sont peut-être pas nécessaires pour tout le monde.

Pour commencer, je recommande à toute personne conçue par « don » de gamètes de s’inscrire sur le site Donorchildren. C’est gratuit, donc vous ne perdez absolument rien, si ce n’est que le temps de vous familiariser avec le site en tant que tel (qui n’est pas toujours facile à naviguer et qui est tout en anglais). Le concepteur du site est très impliqué et se fera un plaisir de vous aider si vous demandez conseil. Je peux aussi vous aider si vous n’êtes pas à l’aise avec la langue de Shakespeare, contactez-moi!

Le registre le plus connu aux États-Unis est sans aucun doute le Donor Sibling Registry (DSR). Si vous lisez un article étasunien à propos de la recherche des origines des personnes issues de « don » de gamètes, on fera nécessairement référence à ce site conçu par une femme (Wendy Kramer) qui a eu son fils avec l’apport d’un « donneur » anonyme. C’est un registre très bien fait qui a permis de mettre en relation de nombreuses personnes, cependant, je ne pense pas que ce soit une solution efficace pour tout le monde, spécialement en ce qui concerne les personnes conçues en dehors des États-Unis à partir de sperme frais et/ou celles conçues il y a plus de 25 ans environ. Il en coute environ 175$ US pour être membre à vie du registre et pouvoir contacter d’autres membres, ce qui est selon moi trop cher si on considère qu’un test d’ADN avec 23andMe ou Family Tree DNA revient à peu près au même prix et vous offre beaucoup plus de possibilités. De plus, il y a beaucoup d’inscriptions « fantômes » dans le registre, c’est-à-dire des gens qui ont payé pour une adhésion d’un an seulement et qui n’ont pas renouvelé par la suite. Ces inscriptions sont listées dans le registre, mais il vous sera impossible de contacter ces personnes tant qu’elles ne renouvelleront pas leur adhésion. Le DSR comporte très peu d’entrées québécoises étant donné qu’il s’agit d’un site anglophone très peu connu ici. Vos chances de trouver sont donc faibles.

Il peut quand même être utile de vous inscrire au DSR si vous remplissez un ou plusieurs des critères suivants:

  • Vous savez hors de tout doute que vous avez été conçu avec du sperme congelé provenant d’une grande banque de sperme étasunienne
  • Vous avez un « numéro de donneur »
  • Vous avez repéré une entrée dans le registre qui pourrait correspondre à ce que vous cherchez (il est possible de voir les entrées sans être membre, mais pas de contacter les gens)

Autrement, gardez votre argent pour les tests d’ADN.

Tests d’ADN

Il existe 3 compagnies majeures qui offrent des tests d’ADN à des fins généalogiques: 23andMe, Family Tree DNA et Ancestry DNA. Ancestry n’offrait jusqu’à tout récemment son service qu’aux États-Unis, mais il semblerait que ce soit maintenant accessible au Canada. La base de données reste encore limitée, et les fonctionnalités du site laissent encore un peu à désirer. C’est tout de même un outil très efficace, surtout si vous n’avez pas eu de chance avec les deux autres sites.

Family tree DNA est le test qui est le plus facile à utiliser. Plusieurs informations des autres membres sont accessibles sans avoir besoin de les contacter, ce qui vois permet de démarrer vos recherches plus rapidememt, sans dépendre du bon vouloir des autres. De plus, il vous est possible de rechercher des personnes qui ont des matches communs avec vous, de les classer, etc. Le test à utiliser à la base est le « Family Finder ». Si vous êtes un homme, un test de chromosome y peut être éclairant, mais je ne m’y connais pas trop dans ce domaine.

23andMe a une très bonne base de données, beaucoup de membres, mais il vous faut « accepter » le contact des autres membres pour obtenir toute information les concernant. Plusieurs réponent quand même aux invitations, mais le processus est lourd et décourageant par moments. Néanmoins, vous avez la possibilité de bien voir quelles régions de votre génome vous avez en commun avec chaque personne, ce qui est non seulement utile, mais franchement cool!

Comment ça fonctionne?

En fait, c’est relativement simple. Peu importe la compagnie avec laquelle vous ferez affaire, une fois que vous aurez acheté le test voulu, on vous enverra un kit pour prélever un échantillon de salive. Vous devez suivre les instructions qui viennent avec le kit et renvoyer le tout au laboratoire selon ce qui est indiqué. Puis, vous attendez (ce bout-là est long!).

Entre temps, vous aurez la possibilité de créer un compte personnel sur le site de la compagnie en question et de vous familiariser avec celui-ci. Prenez la peine de lire un peu sur la généalogie génétique, ça vous aidera à mieux comprendre votre travail de détective (et c’est fascinant!). Une fois que vous comprendrez ce que sont les chromosomes, les gènes, les SNP, les haplogroupes, vous serez plus apte à chercher efficacement. Google sera votre ami, de même que les liens fournis sur les différents site de généalogie génétique.

Éventuellement, votre échantillon sera analysé et vous recevrez un courriel de confirmation. Vous aurez alors accès à vos « matches », c’est-à-dire des gens qui partagent un certain nombre de similitudes génétiques avec vous et qui sont probablement des parents plus ou moins éloignés.

Si vous êtes chanceux, vous aurez peut-être un match très près de vous (parent, demi-frère, cousin direct). Pour vous assurer de ne pas manquer cette chance, assurez-vous d’activer cette fonction dans 23andMe, car elle est normalememt désactivée au départ. Si vous avez un « close relative match », félicitations! Vous êtes très près de faire une découverte majeure dans votre recherche, si ce n’est pas de la conclure. Usez de tact pour contacter la personne en question ; elle n’a peut-être aucune idée qu’elle est reliée à une histoire de conception par don de gamètes étrangères. Certaines personnes ont fait ce test uniquement dans le but de faire des recherches généalogiques « ordinaires » et pourraient être déroutées d’apprendre un si gros secret de famille.

Si vous n’avez que des cousins éloignés dans votre liste, tout n’est pas perdu, mais votre recherche sera beaucoup plus ardue. Vous devrez rechercher les arbres généalogiques de vos plus importants matches dans le but de retrouver la branche qui est parente avec vous. Nul besoin de vous dire que c’est un travail de moine… Mais ça se fait, et ça peut être très excitant. Un autre post de blogue portera sur cette recherche généalogique éventuellement. Ceci dit, il serait utile pour vous de faire égalememt tester le parent génétique que vous comnaissez (votre mère, si vous êtes issus d’un don de sperme), histoire de pouvoir séparer les matches maternels des paternels. Si ce parent n’est pas disposé à vous aider, un oncle ou une tante de son côté peut fonctionner, mais la recherche sera moins précise.

 

Au final, se lancer dans les tests d’adn a quelque chose de très intimidant au début, mais ça ouvre des portes. J’ai moi-même réalisé que la généalogie peut être un passe-temps hyper fascinant. Plonger dans l’histoire de sa famille, c’est découvrir plein de secrets, d’anecdotes, de mystères. C’est comme jouer au détective dans une histoire qui vous concerne directement…

1 commentaire

Classé dans Ressources