Archives de Catégorie: Montée de lait

Quand tu auras des enfants, tu comprendras…

Combien de fois on me la fait celle-là?

Parler ouvertement de sa conception avec l’apport d’une tierce partie, ça semble être un grand tabou dans notre société. On me dit souvent que je manque de respect envers mes parents, que je dois don ben faire de la peine à mon père, que je suis une stupide enfant gâtée…mais surtout, que je ne peux pas comprendre. Vraiment, il semblerait que parce que je dénonce une injustice en mon nom, que je sois complètement incapable d’empathie et de compassion envers mes propres parents, envers les couples infertiles, envers les personnes homosexuelles, et envers les femmes célibataires qui en ont marre d’attendre après le « bon » gars.

Tout d’abord, y a-t-il quelqu’un qui peut avoir un peu d’empathie pour moi? Je veux dire, ok, toutes les personnes mentionnées plus haut ont leurs associations, leurs lobbies auprès des gouvernements, des gens haut-placés qui veillent à leurs intérêts. Nous, on n’a rien. Pas de poids politique, pas de voix, pas de moyens pour faire valoir notre point de vue. Quand on commence à se plaindre, on nous envoie chez le psy. Merci bonsoir! Comme si le fait de vouloir connaitre notre propre histoire, c’était une grave déviance, quelque chose de problématique, voire même d’inhumain.

Il y a une grande part d’infantilisation dans le commentaire « Quand tu auras des enfants, tu comprendras ». On suppose toujours que je suis une gamine, parce que tsé, après tout, je suis un « bébé »-éprouvette. Ben imaginez-vous donc que j’ai non seulement passé la trentaine, mais j’ai aussi commis l’odieux de me reproduire (de la manière la plus conventionnelle qui soit). Que non, ça n’a pas été facile, que cet enfant-là, il s’est fait attendre. Que j’ai contemplé pendant un temps l’option d’avoir une vie sans enfants, que j’ai même pris des informations sur l’adoption. Mais contrairement à ce que vous semblez croire, cette expérience m’a rendu très empathique… envers mon propre enfant (et ceux que j’aurai peut-être un jour),et non envers mes parents.

Je ne comprends pas comment on peut mentir de la sorte à la chair de sa chair, ou comment on peut en cacher autant au sang de son sang. Je ne comprends pas comment je pourrais couper le lien biologique qui unit mon enfant au reste de l’humanité juste parce que ça me convient mieux de cette manière. Je ne peux pas concevoir de lui laisser une page blanche là où je devrais lui donner le plus d’information possible. Je ne voudrais jamais créer un vide dans la vie de cette personne que j’aime tant dans le but de combler un vide dans ma propre vie.

Alors à tous ceux qui me lancent que je ne peux pas comprendre, je leur relance la même affirmation avec une p’tite twist: vous ne voulez pas comprendre.

Poster un commentaire

Classé dans Montée de lait, Témoignages

Le far west au Québec

Je n’ai pas encore écrit sur le projet de loi 20 qui n’est aujourd’hui plus un projet. Désormais, la fécondation in vitro ne sera plus remboursée par l’assurance maladie du Québec (et plein d’autres choses bien plus graves encore sont passées dans cette loi, mais ce n’est pas le sujet de ce blogue). Plusieurs couples infertiles pleurent de voir s’envoler leur dernière chance d’être parents biologiques. Moi ce qui m’attriste dans tout cela, c’est qu’on ne se préoccupe à peu près pas des conséquences sur les enfants que des couples finiront par avoir. Quand le désir d’enfant est aussi fort, il arrive qu’on fasse des trucs pas trop catholiques pour en venir à nos fins. Je crains plusieurs dérives suite à l’adoption de cette loi.

Tourisme procréatif

C’est l’option la plus accessible pour bien des couples de la classe moyenne. Il existe des cliniques au Mexique où on peut acheter un forfait fiv tout inclus. Vous allez passer une semaine dans le sud et vous revenez enceinte. Le problème? Il n’y a aucun contrôle. On pourrait mélanger vos embryons avec ceux du couple voisin de votre chambre d’hôtel. On vous proposera des vous implanter 2-3-4 embryons pour « maximiser » vos chances. Vous pourriez choisir le sexe de vos enfants avant qu’on ne vous les mette dans le ventre. Et si ça ne fonctionne pas, on vous trouve une mère porteuse dans le bidonville le plus proche. Pas de trouble! On va le régler votre problème…

Hausse des IAD

L’autre option qui s’offrira aux couples infertiles moins nantis sera l’insémination artificielle avec donneur. Au Québec, on fait ça au plus cheap. Donneur anonyme seulement. On achète carrément les fonds de tank des banques de sperme des États-Unis. Un vrai deal! Aucune préoccupation pour les enfants ainsi conçus. On vous rempli le ventre, pis arrangez-vous avec vos troubles après.

Les rumeurs disent qu’il faudra désormais payer pour les paillettes de sperme. On offrira probablement aux couples, pour un pas très léger supplément, d’acheter du sperme de donneur identifié plutôt qu’anonyme. Très mince consolation si c’est le cas…

En gros, on privatise tout, et on déroule le tapis rouge pour une industrie qui est proche de vendre des humains. Je suis dégoutée…encore plus que les couples qui crient qu’avoir un enfant est un droit.

Avec cette loi, les traitements de fertilité se feront ici comme aux États-Unis. Et là-bas, c’est le far west…

Poster un commentaire

Classé dans Montée de lait, Opinion

Payer ou ne pas payer, telle est la question!

J’attendais avec impatience cet automne la décision du gouvernement par rapport au maintien ou non et aux modifications du programme québécois de procréation assistée. On commence à en avoir des échos, et là, je me dis qu’il serait temps que je fasse le point sur mon opinion à ce sujet. Rappelons que le Commissaire à la Santé et au Bien-Être a tenu une consultation publique l’an dernier et son rapport est sorti cet été. Dans son rapport, le CSBE considérait que le programme n’était ni viable d’un point de vue économique, ni socialement acceptable dans sa forme actuelle. Il proposait donc plusieurs modifications, certaines très intéressantes, d’autres assez controversées, afin d’améliorer la situation.

Le Ministre de la Santé, Gaétan Barrette, avait laissé toutes ses options ouvertes: de l’abolition totale du programme (fort peu probable selon moi, après tout l’argent qui a été investi pour offrir des services de fécondation in vitro dans les hôpitaux publics) à la tarification des services selon le revenu des utilisateurs. C’est cette dernière option qui semble avoir été retenue selon ce qu’on lit dans les médias en ce moment.

Je suis rassurée que le programme ne soit pas totalement abandonné parce que je suis absolument contre l’abolition de ce programme. Pas pour des raisons financières, pas parce que je suis sensible à la cause des couples infertiles, non; parce que je pense à ce que ça aura comme effet sur les générations futures de personnes nées de la procréation assistée. J’ai très peur des dérives qui viennent inévitablement avec la marchandisation du corps humain, de la vie, de la conception. Je ne suis pas devenue une activiste pro-vie, loin de là. Je pense simplement que de réserver l’accès aux services de procréation assistée à ceux qui ont les moyens de payer créera inévitablement des problèmes pour ceux qui n’ont pas les moyens mais qui veulent désespérément avoir des enfants, et bien entendu, leurs enfants en souffriront beaucoup plus. Lorsque l’avortement n’est pas accessible dans une société, c’est là qu’on a des histoires sordides de broches à tricoter ou de cintres en métal. Lorsque la procréation assistée n’est pas disponible, certaines personnes vont se tourner vers des solution douteuses également. Le tourisme procréatif par exemple: ça coute beaucoup moins cher d’aller se faire faire une FIV au Mexique ou d’y engager une mère porteuse, on ne s’enfarge pas dans les fleurs du tapis avec la réglementation, on veut croire que c’est sécuritaire. Même ici, on risque de proposer des services à rabais pour ceux qui ne veulent pas payer. Trop cher la FIV? On va vous faire une insémination avec un donneur anonyme pas cher (un fond de tank d’une banque de sperme américaine, un homme « fiable » qui a payé la bière bue pendant ses études en engendrant une centaine d’enfants de par le monde).

L’un des arguments qui a été avancé lors de la mise en place du programme était la réduction des grossesses multiples découlant de la FIV. En effet, lorsqu’on paie plusieurs milliers de dollars pour une FIV, on veut être certains que ça fonctionne du premier coup, et tant qu’à faire, compléter notre famille plus rapidement à coup de 2 ou 3 bébés. Cela a bien entendu un effet sur le nombre de grossesses « à risque » qui devront être prises en charge par le système de santé publique, mais augmente aussi le risque de complications qui peuvent avoir des conséquences graves sur les enfants qui naitront de ces interventions. On s’est dit que si c’était le gouvernement qui payait, qu’on aurait le droit de dire aux médecins qu’ils n’avaient pas le droit d’en implanter plus d’un à la fois. On n’a pas vraiment financé le programme avec ça pour plusieurs raisons vraiment prévisibles, mais on a quand même réduit le nombre de grossesses multiples associées aux transferts d’embryons multiples. Et ça, ça m’intéresse…

Si le gouvernement paie pour les traitements de fertilité, il se donne le droit de réglementer. Si on maintient le programme de procréation assistée au Québec, on aura le droit d’imposer une réglementation qui le rendra plus socialement acceptable. Les descendants de la procréation assistée ne sont pas encore assez nombreux à prendre la parole; pour l’instant, on n’entend que les couples infertiles (et une couple de chiâleux qui ne veulent pas payer). Cependant, je pense que plus on sortira de l’ombre, plus notre point de vue pourra être pris en considération, au même titre que celui des couples infertiles qui oublient parfois que leur enfant si chèrement payé, si durement gagné, deviendra un adulte capable de réfléchir pour lui-même à un moment donné, et capable de se rendre compte que ce programme le concerne beaucoup plus que ses parents en réalité. On pourra faire comprendre au monde que l’anonymat des fournisseurs de gamètes est nocif et dangereux, que le secret pourrit nos relations familiales, et que les médecins en fertilité et les banques de gamètes utilisent notre désespoir pour se remplir les poches.

J’espère que dans sa réforme du programme de procréation assistée, le Dr Barrette tiendra compte des recommandations du CSBE, particulièrement celles qui ne visent pas nécessairement à diminuer les couts du programme. Du reste, Monsieur le Ministre, j’aimerais bien ça vous rencontrer un de ces jours…

Poster un commentaire

Classé dans Montée de lait, Opinion

Maudite dette existentielle

Au début de l’été, dans la foulée du dépôt du rapport du CSBE réclamant entre autres plus de balises pour le programme québécois de procréation assistée, le Ministre de la Santé Gaétan Barrette a laissé entendre que d’importants changements pourraient être apportés au programme, voire même qu’il pourrait être abandonné. Il n’en fallait pas moins pour que les cliniques de fertilité, les « fertologues » ainsi que l’Association des Couples infertiles du Québec (ACIQ) montent aux barricades. Je soupçonne aussi les autres groupes qui pouvaient bénéficier du programme (les couples homosexuels et les mères célibataires par choix, notamment) de préparer des sorties publiques pour défendre les acquis de la loi 26. Évidemment, dans ce débat, les personnes issues de la procréation assistée brillent par leur absence. Aucune association ne nous représente, personne ne semble s’intéresser à notre point de vue.

Je ne peux pas représenter à moi seule toutes les personnes issues de la procréation assistée au Québec. Je peux affirmer toutefois que nous existons, et que bien que nous soyons souvent silencieux, cela ne veut pas dire que nous n’ayons rien à dire. De plus, j’apprécierais vraiment que l’argumentaire utilisé de part et d’autre fasse preuve d’un plus grand respect pour nous.

Bien que les dépassements de couts (PRÉVISIBLES) du programme soient la raison principale de cette remise en question, il est primordial de cesser d’employer un discours objectivant les enfants nés des différentes interventions médicales utilisées pour pallier l’infertilité. Je lis régulièrement des témoignages où on utilise l’argument de « l’enfant qui grandira et deviendra travailleur et payeur de taxes » pour justifier l’investissement du gouvernement dans la procréation médicalement assistée. On a même osé nous qualifier « d’investissement rentable » ou de « bon deal » dans certains articles.

Je suis profondément blessée et insultée lorsque je réalise que cet argumentaire est utilisé par des parents qui ont bénéficié du programme. Ce n’est pas parce que ce gouvernement vous traite comme des numéros que vous devez traiter vos enfants comme des objets ou les présenter comme tels. Ayez un minimum de décence dans vos propos, je vous en prie!

Cet argument implique que les personnes dont la conception a couté de l’argent et des efforts supplémentaires ont une dette existentielle supérieure aux autres. Cela ferait de nous des citoyens de seconde classe dont la mission est déterminée d’abord et avant tout par nos « créateurs »; nous serions des êtres passifs qui devraient se soumettre à la volonté de ceux qui ont daigné leur donner la vie.

Pourquoi dois-je réclamer le droit d’exister, de penser, de m’exprimer librement? Pourquoi est-ce que toute ma vie on tente de m’imposer le point de vue de mes parents, des médecins qui m’ont conçue, de ceux qui ont payé pour que je naisse? Bien que j’aie été conçue de manière non traditionnelle, je suis une personne à part entière, égale aux autres humains que je côtoie. J’ai beau être le produit d’une industrie, j’ai beau avoir été sélectionnée comme un animal d’élevage, j’estime que j’ai le droit de jouir de ma dignité humaine, peu importe combien j’ai couté au système, à mes parents ou à qui que ce soit d’autre.

Je suis prête à respecter le point de vue des différents intervenants dans le débat sur le programme québécois de procréation assistée. Par contre, je n’accepte pas qu’on me traite, moi et toutes les personnes qui ont été conçues comme moi, comme des objets ou comme des êtres inférieurs qui doivent leur cul à tout le monde dès la naissance…

Poster un commentaire

Classé dans Montée de lait, Opinion

Soyons des bébés rentables!

Montée de lait en cette journée de la St-Jean-Baptiste: je suis tombée sur cette chronique de Rima Elkouri dans La Presse. C’est une histoire qui ne m’étonne pas une seconde, qui doit arriver plus souvent qu’on ne le pense. Une femme qui a des problèmes de santé mentale à qui on fait croire que le fait d’avoir un enfant va guérir sa dépression; qu’il suffit qu’elle arrête de prendre sa médication pour ne pas interférer avec les traitements de fertilité. Beau plan! Pour une clinique de fertilité privée, c’est une mine d’or ce genre de cliente; on sait qu’elle est désespérée, qu’elle ira jusqu’au bout, et même un peu plus loin. Là où il y a du désespoir, il y a de l’argent à faire. C’est plate, mais c’est ça.

Ma mère aussi a arrêté de prendre sa médication juste avant d’aller se faire inséminer. Le traitement de son infertilité a pris comme une tournure de traitement de sa dépression. Et elle m’a souvent dit qu’elle a souffert en arrêtant sa médication, mais que c’était une concession qu’elle était prête à faire pour le bien de son enfant. Je suis quand même reconnaissante qu’elle ait choisi de ne pas bousiller mon cerveau en développement avec les anti-dépresseurs qui étaient prescrits au début des années 80.

Seulement, on le sait très bien, avoir un enfant, ça ne guérit pas une dépression. C’est même un facteur de risque pour en déclencher une. Passé l’euphorie du premier test de grossesse positif, la vie reprend son cours, avec quelques éléments de stress en plus. L’inévitable est arrivé, ma mère a été hospitalisée en psychiatrie plusieurs longues périodes au cours de ma vie. À une certaine époque, il a même été question de me placer en famille d’accueil temporairement.

Avant d’entreprendre des traitements de fertilité, on a recommandé à mes parents de rencontrer une psychologue. Celle qui s’occupait des couples infertiles était enceinte de 8 mois à ce moment-là. Ma mère lui aurait arraché la face tellement elle était à bout de nerfs, et je la comprends. Mettons que c’est un manque de délicatesse de la part de la clinique de fertilité; quand on est désespéré pour avoir un enfant, on tolère moins les bedaines qui veulent nous faire la morale. Du reste, je ne pense pas qu’une rencontre avec un psy ou un travailleur social aurait influencé leur décision.

Par ailleurs, je suis convaincue qu’aujourd’hui, même si une rencontre avec un psy est obligatoire lorsqu’on envisage une insémination avec l’apport d’une tierce partie, je ne pense pas qu’il s’agisse d’une évaluation des capacités parentales. Si les parents sont jugés « potentiellement inaptes », on ne leur refuse pas les traitements; ce n’est pas dans le mandat des cliniques de faire des évaluations psycho-sociales. Ce n’est pas non plus dans leur mandat de les supporter psychologiquement si ça tourne mal. Leur mandat, c’est de mettre un bébé dans leur ventre. C’est une mission d’entreprise. Une entreprise à but lucratif, faut-il le rappeler.

La réponse qu’on a donné à Marie dans l’article, on me l’a servie à moi quand j’ai rencontré la travailleuse sociale de la clinique de planning locale: « On a changé nos façon de faire maintenant! ». J’ai pourtant l’impression que peu importe le protocole, tant que les cliniques auront le profit en tête avant tout, on va mal faire. Les cliniques s’en foutent royalement de la douleur des couples infertiles, elles carburent à ça. Elles se foutent encore plus de ce qu’il adviendra des enfants qu’elles produisent. D’ici quelques années, on pourra toujours s’excuser en disant qu’on a changé notre protocole…

Le discours du Dr Jacques Kadoch dans l’article montrent bien son manque d’humanité. Nous, les enfants de la procréation assistée, nous ne sommes que des colonnes de chiffres. Nous sommes son fonds de pension. Nous sommes créés pour être des « bons deals », parce qu’on va rapporter à la société avec nos taxes et nos impôts. On va travailler toute notre vie à payer notre dette existentielle supérieure. Peut-être qu’on ne devrait pas avoir droit à l’assurance-emploi et à l’aide sociale tant qu’à faire, juste pour s’assurer qu’on soit rentables? Peut-être qu’on devrait payer une contribution spéciale pour remercier les contribuables de nous avoir donné la vie?

C’est certain qu’avec un raisonnement de la sorte, on ne doit pas offrir des services de support psychologiques aux couples infertiles; il faut concevoir des bébés rentables! Les psys, ça coute trop cher; et on ne peut pas se permettre de perdre un seul client, surtout si le client en question est au désespoir et a l’esprit embrouillé par une maladie mentale non-traitée; il sera plus facile à manipuler.

De tels propos mériteraient selon moi un sérieux blâme à la clinique OVO. Comme par hasard, c’est dans cette clinique qu’il n’y a pas d’attente. Comme par hasard, c’est là qu’on accepte de faire tous les traitements les plus controversés. Comme par hasard, c’est celle qui réalise le plus grand nombre d’interventions au Québec. Cette clinique agit en toute légalité, certes, mais en terme d’éthique, on repassera. Dommage qu’un boycott ne soit pas envisageable étant donné que les couples infertiles ont tellement de difficultés à obtenir des traitements ici…

Poster un commentaire

Classé dans Montée de lait, Opinion