L’offre et la demande

« Si les donneurs ne pouvaient pas rester anonymes, on n’aurait plus assez de sperme pour combler la demande »

Je l’ai entendue des milliers de fois celle-là. Et je peux vous assurer que c’est faux.

Plusieurs pays dans le monde ont adopté des lois qui permettent aux descendants de « dons » de gamètes de connaitre leurs origines à un moment ou à un autre de leur vie. Tous ces pays, sans exception, ont vu une augmentation du nombre de nouveaux donneurs suite à l’adoption de ces lois. Tous. Certains ont vu le profil des donneurs changer; plus de gens sérieux qui ont bien réfléchi aux conséquences de leur geste, moins d’étudiants insouciants qui veulent se payer une couple de bières le week-end prochain.

Pourquoi alors est-ce que les banques de spermes continuent de prôner l’anonymat comme la meilleure solution? Plusieurs raisons sont en cause, mais la réalité, c’est que ça fait leur affaire. Ça leur évite surtout d’avoir à se soumettre à un contrôle extérieur. Personne ne peut savoir combien d’enfants sont conçus avec le même sperme. Personne ne peut vérifier si le « donneur » en est bien un ou bien si on a « recyclé » le sperme d’un homme qui l’avait fait congelé pour d’autres raisons. Personne ne peut vérifier si ce qui est allégué dans les catalogues de donneurs est véridique. Les cliniques peuvent donc vendre du sperme comme bon leur semble (ici ou à l’étranger), l’utiliser à des fins de recherches sur les embryons et cellules-souches, le conserver pour l’utiliser dans 10, 30, 50, 100 ans… Tout ça sous le couvert du voeux pieux d’aider des couples infertiles à réaliser leur rêve de fonder une famille.

Si le but était réellement de suffire à la demande, on lèverait l’anonymat demain matin. Théoriquement, ça amènerait plein de nouveaux donneurs!

La vraie raison de la supposée pénurie de sperme dans les pays qui ont levé l’anonymat, c’est surtout la hausse de la demande de sperme. Plus de cas d’infertilité, plus de recherche sur les cellules-souche, sur les embryons humains… Et aussi, il n’est plus possible pour l’industrie de créer des super-donneurs, des Starbuck qui engendrent des centaines, voire des milliers d’enfants.

C’est la loi de l’offre et de la demande. La base de l’économie. Et après, on s’étonne quand je dis que je me sens parfois comme un vulgaire objet de consommation…

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s