Archives mensuelles : février 2016

Des recommandations à géométrie variable

Ce matin, grosse nouvelle pour le monde de la procréation assistée : le Conseil du statut de la femme émet des recommandations par rapport à la gestation pour autrui. Le but de ces recommandations? Protéger les femmes et les enfants. Voilà, je me sens concernée!

Parmi les quinze recommandations, la première demande que le gouvernement provincial fasse pression sur le gouvernement fédéral afin de pouvoir efficacement contrer la maternité pour autrui et le don de gamètes sous leur forme commerciale. Yeah!

Une autre recommandation intéresante:

Qu’il soit obligatoire de déclarer au Directeur de l’état civil du Québec qu’un enfant est né d’une mère porteuse, que la conception de l’enfant ait résulté ou non d’une technique de procréation assistée. Qu’un registre des enfants nés d’une mère porteuse soit créé à partir de ces déclarations. Que le gouvernement évalue la possibilité de transmettre certaines des informations contenues dans ce registre aux enfants nés d’une mère porteuse.

Re-yeah!

Mais…ces recommandations, c’est seulement dans les cas des mères porteuses. Alors voici quelques réflexions que je me fais…

Dans la loi canadienne, la GPA et le don de gamète ne peuvent être rémunérés, mais ils peuvent être compensés. Le CSF semble au courant du fait que le prétexte de la compensation est largement utilisé dans le but de rémunérer les « donneurs ». Cela concerne également le don de sperme. Les compensations accordées aux donneurs sont très larges et me font douter sérieusement de la partie altruiste de l’affaire. De plus, en matière de don de sperme, les cliniques chargent pour les paillettes de sperme. Elles font un profit en agissant comme intermédiaire. Pourquoi est-ce que c’est correct dans le cas de gamètes masculines, mais pas dans le cas de gamètes féminines?

Aussi, si le Directeur de l’état civil doit transmettre l’information à l’enfant comme quoi il a été conçu avec l’apport d’une mère porteuse, pourquoi serait-ce différent si nous sommes conçus par don de gamètes? L’impact sur notre constitution est autant sinon plus important! Tsé, tant qu’à demander à ce que les certificats de naissance des personnes nées de mères porteuses réflètent la réalité, autant le faire pour tout le monde. Autrement, on viole la Charte des droits et libertés.

Oh! Et une dernière chose. Je trouve que l’emploi du terme « enfant » pour désigner les personnes nées par procréation assistée est maladroit. Cela m’étonne venant d’un organisme supposément féministe. Nous ne sommes pas des enfants, mais des personnes à part entière, nous grandissons, devenons majeurs, sommes aptes à la pensée critique, avons droit à nos opinions. Je suis bien contente qu’on se préoccupe de notre bien-être, mais de grâce, ne soyez pas aussi paternalistes…

Poster un commentaire

Classé dans Opinion, Uncategorized

Quand tu auras des enfants, tu comprendras…

Combien de fois on me la fait celle-là?

Parler ouvertement de sa conception avec l’apport d’une tierce partie, ça semble être un grand tabou dans notre société. On me dit souvent que je manque de respect envers mes parents, que je dois don ben faire de la peine à mon père, que je suis une stupide enfant gâtée…mais surtout, que je ne peux pas comprendre. Vraiment, il semblerait que parce que je dénonce une injustice en mon nom, que je sois complètement incapable d’empathie et de compassion envers mes propres parents, envers les couples infertiles, envers les personnes homosexuelles, et envers les femmes célibataires qui en ont marre d’attendre après le « bon » gars.

Tout d’abord, y a-t-il quelqu’un qui peut avoir un peu d’empathie pour moi? Je veux dire, ok, toutes les personnes mentionnées plus haut ont leurs associations, leurs lobbies auprès des gouvernements, des gens haut-placés qui veillent à leurs intérêts. Nous, on n’a rien. Pas de poids politique, pas de voix, pas de moyens pour faire valoir notre point de vue. Quand on commence à se plaindre, on nous envoie chez le psy. Merci bonsoir! Comme si le fait de vouloir connaitre notre propre histoire, c’était une grave déviance, quelque chose de problématique, voire même d’inhumain.

Il y a une grande part d’infantilisation dans le commentaire « Quand tu auras des enfants, tu comprendras ». On suppose toujours que je suis une gamine, parce que tsé, après tout, je suis un « bébé »-éprouvette. Ben imaginez-vous donc que j’ai non seulement passé la trentaine, mais j’ai aussi commis l’odieux de me reproduire (de la manière la plus conventionnelle qui soit). Que non, ça n’a pas été facile, que cet enfant-là, il s’est fait attendre. Que j’ai contemplé pendant un temps l’option d’avoir une vie sans enfants, que j’ai même pris des informations sur l’adoption. Mais contrairement à ce que vous semblez croire, cette expérience m’a rendu très empathique… envers mon propre enfant (et ceux que j’aurai peut-être un jour),et non envers mes parents.

Je ne comprends pas comment on peut mentir de la sorte à la chair de sa chair, ou comment on peut en cacher autant au sang de son sang. Je ne comprends pas comment je pourrais couper le lien biologique qui unit mon enfant au reste de l’humanité juste parce que ça me convient mieux de cette manière. Je ne peux pas concevoir de lui laisser une page blanche là où je devrais lui donner le plus d’information possible. Je ne voudrais jamais créer un vide dans la vie de cette personne que j’aime tant dans le but de combler un vide dans ma propre vie.

Alors à tous ceux qui me lancent que je ne peux pas comprendre, je leur relance la même affirmation avec une p’tite twist: vous ne voulez pas comprendre.

Poster un commentaire

Classé dans Montée de lait, Témoignages