Archives mensuelles : octobre 2015

Couples infertiles : le malaise qui empêche le compassion

Une maman filme son bambin en lui demandant de dire merci au programme de procréation assistée d’avoir permis sa naissance et en lui demandant « Es-tu heureuse d’être avec nous? ». Des photos d’enfants publiées quotidiennement avec la mention « je suis né grâce à la fiv ». Une pancarte posée sur une poussette vide dans une manifestation sur laquelle on peut lire « Les bébés éprouvette d’aujourd’hui sont les payeurs de taxes de demain ».

Suis-je la seule à éprouver un réel malaise face à ces « coups de pub » employés dans le but de faire reculer le Ministre de la Santé sur sa décision de ne plus financer les traitements de fécondation in vitro pour les couples infertiles québécois?

Depuis un moment, je suis l’Association des couples infertiles du Québec  (ACIQ) sur les réseaux sociaux et plusieurs fois, j’ai été en colère de lire certaines de leurs publications maladroites. Pourtant, je souhaite également que les traitements de fiv soient remboursés par l’assurance maladie, ne serait-ce que pour éviter que les couples infertiles choisissent l’insémination artificielle avec donneur anonyme pour donner naissance à un enfant. Pourquoi donc est-ce que je réagis si fort face à leurs revendications que j’appuie par ailleurs totalement?

Mon point de vue n’est que très peu présenté par les médias. On croit à tort que les enfants de la procréation assistée n’ont pas d’opinion sur la question, ou que leur opinion est nécessairement la même que celle de leur parents.Or, nous sommes des êtres distincts, et notre expérience de l’infertilité diffère de celle de nos parents. Les couples infertiles qui choisissent les traitements de fertilité sont les principaux acteurs dans leur vie, nous, nous subissons les conséquences des décisions prises pour nous. Nous sommes devant le fait accompli, et nous vivons avec, peu importe.

Certains d’entre nous vont effectivement se ranger derrière leurs parents. Que ce soit par réelle compassion ou par peur du rejet, cette position est légitime. Mais d’autres, comme moi, auront aussi un point de vue différent, tout aussi légitime.

Je suis très mal à l’aise de voir qu’on nous attribue d’office le point de vue de nos parents avant même notre naissance. Qu’on fasse de nous des objets à brandir pour une cause qu’on ne comprend pas encore, aussi noble soit-elle. Ce qui bloque ma compassion face à la cause des couples infertiles, c’est l’instrumentalisation des enfants qu’ils réussissent à concevoir.

Je sais que la bataille de l’opinion publique n’est pas facile à gagner. Mais l’utilisation d’enfants-soldats, ce n’est pas acceptable. Attendez donc qu’on soit en âge de voter avant de nous envoyer au front…

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized