Love wins!

Un grand pas vient d’être franchi aux États-Unis: le mariage entre conjoints de même sexe est légal à la grandeur du pays, et je m’en réjouis sincèrement. Pour plusieurs activistes étasuniens du droit des personnes issues de la procréation assistée, cette nouvelle n’a rien de réjouissant. On croit (à tort selon moi) que le droit à l’enfant supplantera le droit des enfants à connaître leurs origines, et ce, au nom de l’égalité. Je pense que cette manière de réfléchir est néfaste. Après tout, c’est depuis que les homosexuels ont accès à la procréation assistée qu’on croit qu’il est mieux de nous dire la vérité.

Les couples homosexuels qui ont recours au don de gamètes pour fonder une famille n’inventent généralement pas d’histoires à leurs enfants. Ils sont aussi sensibles au besoin de leur enfant de connaître d’où il vient. En général, je pense que les homosexuels ont contribué à améliorer les normes éthiques en procréation assistée et ils vont sans doute continuer à le faire.

Croire que de légaliser le mariage gai va inévitablement mener à des dérives en procréation assistée, c’est un peu croire que l’unique but du mariage, c’est d’avoir des enfants. Or, c’est en pensant ainsi qu’on a développé une panoplie de services pour les couples infertiles. Ce sont ces mêmes couples qui ont cru bon de cacher leur infertilité parce qu’elle était supposément honteuse (pfff! même pas capable de consommer ton mariage, ça fait pitié!), et donc de mentir à leur enfant au sujet de leur conception et de leurs origines. Les problèmes qui sont venus avec la procréation assistée ne viennent pas des couples gais, mais bien des couples infertiles.

Mais bon, en réalité, il n’y a vraiment pas de quoi s’insurger. Le mariage, c’est quoi en fin de compte? C’est reconnaître l’amour d’un point de vue légal. Rien de bien glamour, de si magique en soi. Si l’amour des couples homosexuels est enfin reconnu, si ceux-ci peuvent enfin élever leurs enfants sans trop de tracasseries administratives, peut-être prendront-ils le temps de demander des comptes à l’industrie de la fertilité. Peut-être seront-ils plus fiers de raconter leur histoire à leurs enfants, qui oseront s’afficher comme tels. Et peut-être que les couples infertiles prendront exemple sur eux, seront plus honnête envers leur progéniture et cesseront d’être autant stigmatisés par ceux qui croient que l’unique but du mariage, c’est de se reproduire. J’ose rêver, en attendant d’être invitée à un mariage chez nos voisins du Sud, que l’amour, quel qu’il soit, triomphera toujours…

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

Une réponse à “Love wins!

  1. 100 % d’accord avec ce post.

    Chez moi en France, la situation est assez compliquée.

    En effet, la loi de 2013 a légalisé le mariage et l’adoption pour les couples gais, mais pas la PMA (procréation médicalement assistée). Or, celle-ci n’est officiellement autorisée que de façon perverse, car elle combine accès réservé aux couples hétéros infertiles mariés et anonymat obligatoire du donneur ; si l’on rajoute à cela le tri intensif qui est fait pour qu’on ne se doute de rien, c’est comme s’il fallait faire croire que les enfants nés d’un don de gamètes étaient entièrement nés de leurs parents légaux ! Bien sûr, cette logique n’a pas tenu, mais la loi est restée.

    Maintenant, mon inquiétude est que le gouvernement français vote l’extension de la PMA sans apprendre des erreurs du système actuel (même si c’est peu probable que ça arrive avant la fin du mandat de Hollande, tant que Valls sera au gouvernement). Cependant, certain.e.s intellectuel.le.s, et pas des moindres (puisqu’on peut compter Irène Théry, par exemple) ont défendu à la fois l’extension de la PMA et la levée de l’anonymat des dons de gamètes, donc il y a de l’espoir, même s’ils ne sont pas forcément très écouté.e.s.

    Le problème en France, c’est qu’on est piégé entre des gens de gauche qui promeuvent l’extension de la PMA à tout prix et des gens de droite homophobes qui veulent faire payer aux enfants les erreurs de leurs parents (dans le cas de PMA et GPA (gestation pour autrui) pratiquées à l’étranger). Ça ne me donne pas vraiment confiance en l’avenir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s